Nuku Hiva- Vallée et cascade de Hakaui

Publié le par Anouk


La vallée de Hakaui située à 8 km à l'ouest de Taiohae n'est accessible qu'à pied ou en bateau.












Les côtes de Nuku Hiva sont extrèmement déchirées. Le trajet en bateau nous permet de voir le spectacle des vagues qui sécrasent violemment sur les falaises. En effet, il n'y a pas de lagon et donc aucune protection de la côte par un récif de corail.












Les deux "Sentinelles" , ilots placés de part et d'autres de l'anse, semblent veiller sur la baie de Taiohae.

L'arrivée à l'embouchure de la vallée est magique.


Une vallée oasis contraste avec l'arridité des pitons rocheux.


























A la vue de tous les arbres fruitiers dès nos premiers pas dans la vallée, nos glandes salivaires s'activent. C'est l'opulence à portée de mains. Des pamplemousses, des citronniers et des bananiers nous font particulièrement saliver.


A l'ombre de ce pamplemoussier, sèche le coprah sous l'étal en bois protégé par un toit.
Le coprah servira à l'élaboration du monoï.


La modernité est une notion bien relative...


En route pour une promenade facile jusqu'à la cascade au fond de la vallée.



On entre dans le jardin d'Eden




Rencontre avec un Marquisien dépeçant une chèvre.






Des murailles verticales de 800 m de hauteur.



Des passages à gué...

...Des moments à immortaliser.






Au fond de la vallée, la cascade de Vaipo est l'une des cascades les plus hautes du monde (350m).


J'essaie de faire abstraction des risques d'attraper la leptospirose en me baignant dans la vasque.

L'eau est très fraiche et c'est un bonheur.

Pour rejoindre la chute, il faut se faufiler à la nage entre les roches. On découvre alors une ouverture sur une deuxième vasque alimentée par la chute. Le spectacle est d'autant plus grandiose quand on est au coeur de la scène.

Il est temps de sortir de l'eau pour retraverser toute la vallée en direction de la plage. Le temps qu'on se sèche et que l'eau de la vasque retrouve son calme, on apperçoit avec horreur une énorme anguille qui remonte à la surface.
Il valait mieux faire cette découverte a posteriori sinon, on aurait jamais osé aller voir la cascade à la nage.





























On rentre en bateau à Taiohae.

Publié dans Archipel des Marquises

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Taupotini 10/06/2009 03:02

hihi jpe apercevoir le chemin ki traverse notre terrain hihi

Anouk 10/06/2009 09:23


He bien, tu as de la chance d'avoir un si beau jardin. C'est sans aucun doute l'un des endroits que j'ai préféré des Marquises.



Sandrine 17/03/2009 21:40

MAGNIFIQUE ! SUBLIME ! EXTRAORDINAIRE ! FANTASTIQUE ! EBLOUISSANT ! ENTHOUSIASMANT ! MERVEILLEUX !

Anouk 18/03/2009 08:53


Merci Sandrine pour ce chapelet de superlatifs. Je veux maintenant que tu me le répètes de vive-voix...
Mais cela ne saurait tarder. Alors fais tes vocalises, que tu vas rester sans voix!

Bises et à très bientôt.


Marie-France 17/03/2009 17:41

Ia orana
Superbe reportage sur la vallée, j'apprécie les photos, car je ne suis pas allée jusqu' à la cascade, je ne sais plus pour quelle raison ? Peut-être le temps ...
Nous avions mangé chez l'habitant, le jardin, un vrai verger tropical chargé de pamplemoussiers, citronniers, papayers ...
Ce jour-là, la traversée à l'aller en bateau ! l'océan était déchaîné, il fallait bien se tenir !
Nos messages se sont croisés dernièrement.
Bonne journée Anouk, bises, à bientôt.
Marie-France

Anouk 18/03/2009 08:51


Ia orana, maitai?

Je regrettais de ne pas avoir le caisson étanche avec moi pour prendre des photos de la cascade vue d'en bas. Je me serais crue dans un film tellement c'était beau.
La rando est vraiment facile. Il y a certes des passages à gué où on se mouille jusqu'à mi-cuisses mais c'est du quasi plat tout le long.
La vallée est très encaissée et c'est presqu'opressant de marcher à l'intérieur de ce "canyon".
On a eu aussi une traversée un petit peu houleuse. Surtout au retour!
Bonne journée à Montpellier. J'espère que le printemps se manifeste là-bas.
Bises.